Interviews de papas stylés #4 : Romain

Bonjour à tous,

Bienvenue pour cette nouvelle interview de papa stylé. Aujourd’hui, la parole est à Romain, a.k.a @lastrolab sur Instagram.

Romain aime les chemises américaines en Oxford, faire glisser des soucoupes sur sa table de salon, créer des memes rigolos pour ses stories Instagram et se prendre en photo dans les miroirs d’ascenseur. Fun fact, il fait même des photos dans lesquelles il n’apparaît pas et c’est suffisamment exceptionnel pour être signalé (difficile pour moi de dire le contraire).

Pour cette quatrième interview de papa stylé on a parlé parentalité, un peu, style, beaucoup. On a aussi parlé boutons-pression de Barbour, accumulation ou encore de la pilosité de la presse masculine.

Double co(o)l

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Romain, j’ai 32 ans. J’ai grandi à Marseille et je vis depuis une dizaine d’années à Paris. Mon job consiste à envoyer et recevoir des e-mails, parfois accompagnés de tableurs Excel ou de présentations PowerPoint. Le reste du temps je m’occupe de ma petite fille d’un an et demi ou je discute de vêtements sur Internet.

Comment définirais-tu ton style ?

Je ne sais pas si on peut parler de style bien défini. Depuis que je m’intéresse aux vêtements j’ai eu plusieurs phases, chacune plus ou moins influencée par des tendances du petit monde des obsédés du vêtement. Ce qui me plait, c’est avant tout un vêtement bien fait et durable. à chaque phase, j’ai essayé d’accumuler des classiques de qualité qui vieillissent bien et continuent de m’accompagner. Je porte aussi beaucoup de vêtements de seconde main. J’ai toujours aimé traîner dans les friperies, même si aujourd’hui je chine essentiellement en ligne. Tout ce stock me permet maintenant de mélanger les genres en fonction des envies ou des activités de la journée. Je peux porter un jour des souliers de ma période anglophile avec un costume napolitain de ma phase transalpine et une chemise sur mesure parisienne plus récente. Le jour d’après, ça peut être un 501 terriblement patiné, un vieux pull Lacoste et une chemise américaine en oxford, la fixation du moment.

Je suis obligé de te poser la question, celle que tout le monde se pose : tu as combien de chemises en Oxford ?

Une petite trentaine je crois. Je reste raisonnable finalement, non ? Ah attend, toutes marques confondues on se rapproche peut-être plus de la quarantaine.

Ce qui est encore raisonnable… d’un certain point de vue !

Et ton inspiration au quotidien, elle vient d’où ?

J’aimerais pouvoir dire que mon inspiration provient des rencontres que je fais au quotidien. Malheureusement je bosse à La Défense et mon quartier est plutôt fréquenté par des jeunes urbains dynamiques que par des vieux messieurs bien habillés. Du coup, je fais comme tout le monde, je m’inspire de ce que font les copains sur Instagram, de ce que je peux voir dans des films ou des séries. Je me suis également remis à la presse masculine depuis la sortie d’un magazine dont le titre rime avec barbichette… Souvent un détail ou une pièce va capter mon attention, puis je vais y penser en boucle pendant des jours, lire tout ce qui a été écrit en ligne sur le sujet, oublier, y repenser plusieurs semaines plus tard, faire une étude de marché, oublier encore… Les photos d’archives peuvent également être une belle source d’inspiration. C’est l’avantage de la mode masculine, rien de révolutionnaire n’a été inventé depuis la moitié du XXe siècle – en espérant que les historiens du vêtement ne me tomberont pas dessus. On peut s’amuser à redécouvrir comment nos prédécesseurs portaient le jean, ou un blazer. En y réfléchissant, l’inspiration peut venir de partout, il faut être attentif et garder l’œil ouvert !

Ah, le magazine qui rime avec barbichette, celui qui a fait revenir vers la presse écrite tous ceux qui étaient partis à cause de celui qui, prononcé à la française, rimerait avec poils de c…

Jaicul ! Quand on s’intéresse (vraiment) aux vêtements, la presse masculine est assez décevante finalement. C’est généralement superficiel et approximatif. J’imagine que s’adresser uniquement aux nerds du menswear ne doit pas représenter un gros marché.

Je suis d’accord, c’est limité, l’offre en ligne est beaucoup plus riche !

Est-ce qu’il y a une marque en particulier qui te fait vibrer ? Qu’est ce qu’elle représente pour toi ?

Ah, plein ! Il y a deux types de marques qui me parlent. D’un côté, les marques classiques, limite traditionnelles, qui ont une légitimité dans les produits qu’elles proposent. Dans le désordre : Barbour, Weston, Levi’s, Crockett & Jones, Converse, Carhartt, Nike. Et il y a des marques qui me parlent parce qu’elles ont su créer une identité très forte. J’en vois trois : Ralph Lauren, le pionnier, Drake’s, et Husbands. Mais finalement, c’est marrant parce que je n’achète que peu dans cette dernière catégorie. Pourtant, je les recommande bien volontiers. Peut-être que j’aime m’en inspirer sans pour autant avoir l’air d’un lookbook. Je réalise que c’est une classification incomplète, qui ne mentionne pas les plus petites maisons… Mais voilà, je porte principalement des classiques éprouvés.

Par petites maisons, tu penses à qui par exemple ?

En y réfléchissant ce sont finalement ces « petites maisons » qui m’enthousiasment le plus. Peut-être par le côté confidentiel. Certaines existent depuis longtemps et on quand même bien grandi, par exemple Edward Green. D’autres ont été plus récemment lancées par des passionnés : Point de Paris en chaussures, Athi-editions, Jake’s London, Chato Lufsen et Butticé en vêtements et accessoires. Et ce qui est génial c’est que ce sont des maisons tenues par des passionnés qui visent une clientèle de passionnés.

Qu’est ce qui a changé quand tu es devenu père ? Comment ce changement dans ta vie a influé sur ce que tu portes ?

Quand on devient père, tout s’accélère. C’est comme augmenter le niveau de difficulté d’un jeu vidéo. D’un point de vue purement cartésien, le besoin de praticité du vêtement se fait vite sentir pour les sorties en famille ! Il faut des poches, beaucoup, il faut qu’elles soient grandes. Il faut pouvoir bouger, et il faut pas que ce soit trop fragile. Donc tu l’auras compris, la Barbour, qui était déjà centrale, est devenue essentielle… Elle est très appréciée par ma fille d’ailleurs. Elle peut jouer à fermer et ouvrir les boutons-pression, le zip est facilement manipulable donc on peut bien jouer avec aussi. Sinon, psychologiquement parlant, je me dis aussi que ce que la façon dont je m’habille va influencer les goûts de ma fille. J’essaye de donc de ne pas trop me relâcher, ce qui est vite arrivé quand on passe en télétravail quasi permanent…

Justement, et même si elle est encore jeune, comment tu vois les choses plus tard : tu comptes influencer son style ou la laisser faire ce qu’elle veut ?

Comme tu dis, elle est encore petite. J’ai commencé à lui prendre quelques trucs sympa sur Vinted, mais je me retiens de trop jouer à la poupée. Évidemment, beaucoup d’autres aspects de son éducation sont prioritaires, mais j’espère lui communiquer le goût du beau et du bien fait. Elle développera son propre style à son rythme, si elle en a envie. De toute façon, on ne va pas se mentir, les enfants n’en font qu’à leur tête, on essaye juste de les maintenir nourris et en bonne santé. Entre nous, ça ne m’empêchera pas de continuer à lui prendre des vêtements qui me plaisent. Moi aussi j’ai la tête dure. Peut-être que ça la guidera vers la lumière.

Romain trouve aussi le temps de (bien) dessiner. Quel est son secret ? A-t-il des liens avec des sociétés secrètes ? Quels sont ses meilleurs investissements immobiliers ?

Quels sont les derniers vêtements que tu lui as achetés pour te faire plaisir, et lui faire plaisir aussi sans doute ?

Le pull drapeau Ralph Lauren, que je n’ai pas réussi à trouver à ma taille, et un jean avec des taches de peinture – étonnamment j’en ai un aussi… c’est fou le hasard-, toujours Ralph Lauren.

Est-ce qu’un de tes vêtements a été abîmé voire même carrément détruit à cause de ta fille ?

Non, je n’ai pas de gros sinistre à déclarer. Je fais hyper attention aux petites mains qui collent en sortant de table… Enfin, une fois quand même, je me suis fait surprendre par un rot qui était plus humide que prévu…

Touche du bois, je te souhaite que ça dure !

Moi aussi !

Tu parlais du beau et du bien fait, est ce qu’il y a d’autres valeurs liées au vêtement ou au style que tu aimerais lui transmettre ?

Je lui souhaite qu’elle s’habille pour elle, pas pour plaire aux autres. C’est assez ironique de la part d’un type qui poste ses tenues en ligne…. Et j’espère lui apprendre à ne pas juger les gens en fonction des vêtements qu’ils portent.

Quelle est ta tenue préférée pour une sortie en famille ? Je te laisse choisir où.

Un 501, mes vieux mocassins Loding, une chemise à col boutonné Brooks Brothers, un pull col V Lacoste et ma Barbour. Avec une casquette prise au hasard, probablement celle qui traîne dans l’entrée à ce moment-là. C’est une tenue que je porte très souvent, et que je peux mettre pour aller n’importe où : déposer ma fille à la crèche, au parc, prendre le goûter dans un café, faire une course…

Ce n’est pas tout à fait la tenue décrite par Romain, mais vous voyez l’idée…

Et une tenue, ou un vêtement, que tu ne porterais pas pour passer du temps avec ta fille ?

La tenue du père fouettard !

Parce que tu l’as ?

La réponse reste entre madame lastrolab et moi !

Pour moi ce sera le mot de la fin, sauf s’il y a autre chose que tu souhaites ajouter ?

Je rends l’antenne !

C’est la fin de cette interview de papa stylé. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé en commentaire, ici ou ailleurs, je serais ravi d’avoir votre avis.

A très bientôt, avec un autre papa très très stylé !

Alexandre
Style de papa

Une réflexion sur « Interviews de papas stylés #4 : Romain »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s